Un Bocal

par Fina  -  20 Octobre 2019, 14:58

Un bocal

Un bocal en verre.

Un bocal énorme, bien rond en forme de globe.

Un bocal à couvercle en métal, solide avec un support hermétique.

La fermeture de ce récipient est si solide que seul celui qui l’a fermé arrive à l’ouvrir.

Contenu de ce récipient? Ce sont nous, ce sont nous tous. Nous sommes tous là dedans, différents comme les fleurs dans un jardin mais avec un parcours et un destin si similaire...

Sortir du bocal est une mission impossible. Une fois dedans, le destin est clair. Personne n’en sortira vivant. De temps à autre la grande main vient ouvrir le bocal pour sortir ceux qui ont transformés.

Et nous les autres, nous continuons à tourner en rond, à monter et à descendre, à faire le tour du bocal jour et nuit. Avec chaque tour, on a l’impression d’arriver quelque part et quand ce n’est pas le cas, on se bat, on fonce, on insiste avec un seul objectif… avancer encore plus loin.

Parfois, on s’imagine même seule dans ce bocal, alors on déprime, on est triste, on perd confiance… ça nous arrive même de penser qu’on est peut-être plus intelligent, plus important, plus plus… plus…

Regarde autour de toi et surtout quand tu penses que l’autre est différent, arrêtes-toi et rigole plutôt de cette grosse erreur que tu viens de faire. En réalité, «lui c’est toi et toi c’est lui».

Frères, sœurs, on a trop de choses en commun. Notre destin est le même. Notre parcours est identique.

Fermes tes yeux et imagine la même idée avec des souris dans un énorme bocal. La course qu’ils vont faire pour trouver une sortie, pour tourner en rond… elle sera justement ça, tourner en rond.

Maintenant ré-ouvres tes yeux et remplace cette image avec nous les êtres humains.

Dans le bocal se passe tellement de choses que très vite une fois dedans on oublie notre destin est c’est tant mieux car cela sera trop douloureux de passer des années et des années à être déjà mort.

Tu imagines les zombies qu’il y auraient dans ce bocal, qui pourtant respirent abondamment tout en étant déjà mort? Quel dommage!

Maintenant que tu as compris tout cela, du moins une partie, réfléchissons à ce que l’on peut faire pour exister dans le bocal.

Frère, sœur, pendant que tu cours pour chercher ta sortie, pour faire ton tour, arrêtes toi de temps en temps. N’oublies pas de dire merci à cette beauté incroyable de la nature. N’oublies pas le petit bonjour à un voisin, un passant. N’oublies pas d’ouvrir tes lèvres un peu plus large aux passants, à celui qu’on croit très fort étant «l’étranger», on appelle cela «un simple sourire» (c’est comme ça qu’on l’appelait à l’époque).

Arrêtes-toi quelques minutes, échange un peu avec le «passant», et si tu penses que c’est ridicule, crois moi, le passant pense la même chose mais pour le même frein, lui non plus n’osera pas et puis? que se passe t-il? Eh ben, il y en aura 2 de malheureux, 2 d’étrangers, 2 de différents dans un bocal.

La vie dans un bocal, c’est comme une personne qui se balade en pleine nature Si tu passes le temps de ta balade en comptant tes pas ou en faisant attention au temps et aux calories que tu brûles tu n’auras rien profité de ta balade. Crois moi, il y a plus dans la balade; Il y a la nature, l’air, les autres habitants du bocal, les autres «toi». Respire, souris et discute… ainsi on aura relativisé la vie dans un bocal, notre bocal, notre terre.

Bienvenue dans le bocal de «tous différents et pourtant si similaires!»

By Fina  

Royan, Octobre 2019

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Nicolas 20/10/2019 18:29

Bravo fina. Tu es toujours aussi douée pour écrire.

Fina 09/08/2020 17:03

Thank you!!